Anne fait de la pièce unique, sa terre : un grès blanc.

Marier les éléments, jouer avec la matière, créer des contrastes, donner à voir, à ressentir quelque chose qui est de l'ordre de la mémoire ancestrale, lire les marques du temps, travailler la terre pour lui donner une texture. Sable, cailloux...déchirer, marquer, créer des ruptures puis réunir les différents éléments avec des agrafes afin de créer des cicatrices apparentes. Ajouter de la douceur, un voile de porcelaine, l'allier à la force du grès .  Il faut qu'il y ait des contrastes. La matière doit être douce et brute à la fois, elle doit jouer avec la lumière.

Les pièces reçoivent deux à trois cuissons dont une  en four d'enfumage artisanal. Elle laisse ainsi une place au hasard, la terre, l'eau et le feu s'alliant dans la réalisation de chaque sculpture.

Ses deux voies d'exploration

Les Sages

Ils sont nés du cheminement de la vie de Anne, d'un intérêt pour le sacré, celui-ci se manifestant sous une multitude de formes, rites, mythes, symboles... les lectures, l'observation du monde avec l'homme placé au centre du tout. Ce sont des être androgynes, nés d'ici et d'ailleurs, des être universels.

 

Paysages intimes

marcher, observer, contempler, chercher l'arbre qui se découpe sur le ciel, la silhouette doit être sobre, dépouillée. La saisir puis immortaliser cet instant.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now